Un curateur peut être gratifié par la personne dont il s'occupe05/11/2018  



Un homme sous curatelle avait légué à sa nièce (sa curatrice), ainsi qu'à l'époux de celle-ci, la quotité disponible de ses biens. Après son décès, son fils avait contesté cette dévolution successorale, en invoquant l'interdiction de recevoir des libéralités touchant les mandataires judiciaires à la protection des personnes majeures, ainsi que les personnes morales aux noms desquelles ils exercent leur fonction.

Les juges lui avaient donné raison, estimant que l'interdiction s'appliquait au curateur non-professionnel. Ni la nièce curatrice de la personne, estimaient-ils, ni son conjoint (considéré comme "personne interposée") ne pouvaient bénéficier du legs consenti par le majeur protégé.

Mais cette décision a été cassée par la Cour de cassation. L'incapacité de recevoir à titre gratuit prévue à l'article 909 du code civil ne concerne que les mandataires judiciaires à la protection des majeurs et les personnes morales dont ils dépendent, et non les membres de la famille du défunt lorsqu'ils exercent la fonction de curateur. Lorsqu'une personne majeure est placée sous curatelle, et que la mesure de protection est confiée non à un mandataire judiciaire à la protection des majeurs, mais à un membre de la famille, il n'est pas interdit à ce curateur "familial" de bénéficier, de la part de la personne dont il s'occupe, d'une libéralité.

Cass. 1e civ. 17 octobre 2018 n° 16-24331


 Autres articles sur le même sujet :
Durée d’une mesure de tutelle

Un juge place une personne sous tutelle pour une durée de 120 mois (10 ans) puis désigne un mandataire judiciaire à la protection des majeurs en qualité de tuteur.

Alzheimer : droits des malades et obligations de la famille

Lorsque la maladie d'Alzheimer est diagnostiquée, les proches du malade doivent prendre les mesures de protection qui s'imposent. Les principales dispositions à prendre portent d'une part sur la capacité juridique de la personne et d'autre part sur l'assistance que celle-ci requiert au quotidien.

Le mandat de protection future s’organise

Les modalités de la publicité du mandat de protection future, ainsi que l'accès au registre créé par la loi, seront précisés par un décret en cours d'élaboration.

Tutelles : nouveau dispositif de protection

Un nouveau dispositif dénommé « habilitation familiale » permet aux proches (descendants, ascendants, frères et sœurs, partenaire de Pacs ou concubin notoire) d'une personne hors d’état de manifester sa volonté de pouvoir la représenter pour une durée déterminée, sans qu’il soit nécessaire de prononcer une mesure de protection judiciaire (tutelle, curatelle, etc.).

Ehpad : une personne de confiance doit être désignée

Les personnes accueillies en EHPAD doivent être informées de leur droit à désigner une personne de confiance avant la signature du contrat de séjour.

Protection des majeurs : nouveau dispositif

A compter du 1er janvier prochain, les proches d’une personne hors d’état de manifester sa volonté (personne gravement malade, dans le coma) devraient avoir la possibilité de la représenter ou de passer des actes en son nom, sans se soumettre au formalisme des mesures de protection judiciaire (tutelle, curatelle...).