Interdiction de stationner devant son garage28/08/2017  



Un automobiliste écope d’une contravention pour « stationnement gênant d'un véhicule devant l'entrée carrossable d'un immeuble ». A l’appui de sa défense, il tente de faire valoir que l'entrée devant laquelle était stationné sa voiture n’était autre que celle de son garage. En vain. Selon la Cour de cassation, l'infraction de stationnement gênant devant les entrées carrossables des immeubles est également applicable aux véhicules utilisés par la personne ayant l'usage exclusif de cet accès. Nul ne peut donc stationner devant l'entrée d'un garage.

La décision de justice : https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000035002185&fastReqId=765630546&fastPos=1


 Autres articles sur le même sujet :
Peut-on toujours se garer devant chez soi ?

La Cour de cassation a jugé le 20 juin 2017 que laisser stationner son véhicule devant son garage constitue l'infraction de stationnement gênant passible d'une amende pénale.

Contravention et défaut de paraphe de l’agent

Un conducteur écope d’une contravention. Faisant valoir l’absence de signature de l’agent verbalisateur sur le document, il conteste en justice le retrait de points effectué sur son permis de conduire.

Il faut être poursuivi pour être condamné

Une femme est citée devant la juridiction de proximité pour avoir maintenu en circulation un véhicule immatriculé à son nom sans avoir satisfait aux obligations de contrôle technique.

Les amendes radar contestables sur Internet

Il est désormais possible de contester par voie électronique une contravention pour excès de vitesses, constatée par radar automatique.

Confiscation du véhicule en cas d’infraction

Un automobiliste qui s'était vu confisquer sa voiture à la suite d'un dépassement de plus de 50 km/h par rapport à la vitesse maximale autorisée soutient que la sanction est disproportionnée au regard de l'infraction commise.

Pas de contravention sans formalisme !

La position de la Cour de cassation est claire : pour être valable, un procès-verbal de contravention doit détailler les circonstances concrètes dans lesquelles l'infraction routière a été relevée.