Lancement de l’indice d’attractivité immobilière des villes du Grand Paris13/03/2017  



La Fédération des agents immobiliers de la région parisienne lance son premier indice d’attractivité immobilière des villes du Grand Paris pour observer, à terme, l’impact de l’attractivité des villes sur l’évolution des prix des logements. L’observatoire confirmera à quel point l’attractivité d’une ville est corrélée à la valeur de son immobilier.

Pour calculer ses indices d'attractivité, la Fnaim du Grand Paris a retenu 12 critères (notés de 1 à 10) : l’accessibilité aux équipements et services, culture-sports-loisirs, éducation, emploi, environnement, qualité des logements, niveau de vie, santé, transports, distance entre résidence et lieu de travail, sécurité et fiscalité foncière. Ces critères ont tous été constitués à partir de données initiales de l’INSEE à l’exception du critère «sécurité» établi à partir des données de la gendarmerie et de la police. Ces critères ont été complétés par une analyse subjective résultant d’entretiens avec des professionnels : adjoints au maire de villes de la région parisienne responsables du logement et de l’urbanisme, promoteurs et investisseurs en patrimoine. Cette étude originale définit au final un indice d’attractivité pour tous les départements d’Ile-de-France. L’attractivité varie ainsi de 4,86 pour le Val d’Oise à 4,99 en Seine-Saint-Denis, 5,74 pour le Val-de-Marne, 5,78 pour Paris, 6,16 pour l'Essonne, 6,62 pour les Hauts-de-Seine et 6,66 pour les Yvelines.

Les villes où les prix sont les plus élevés ont-elles le meilleur indice d’attractivité ?

Une certaine logique est respectée puisque les villes bénéficiant de bonnes notes au niveau des critères clé comme les transports, l’emploi ou la sécurité sont souvent des localités où le prix des logements est élevé. C’est le cas dans plusieurs villes du 92 et du 78 comme Chaville, Rueil-Malmaison, Issy-les-Moulineaux, Le Vésinet, Versailles. Pour autant, des localités aux prix beaucoup plus abordables comme Soisy-sur-Seine en Essonne ou Le Plessis-Bouchard dans le Val-d’Oise ont d’excellents indices d’attractivité. L’exemple de Paris, ville de loin la plus chère, qui n’obtient qu’une note de 5,78 peut d’ailleurs paraître surprenant. Paris pêche avec un indice de sécurité très faible, conséquence de nombreuses déclarations de vols et cambriolages, en particulier dans les quartiers touristiques. Paris est aussi très mal placée au niveau de la distance souvent élevée que les résidents doivent parcourir pour se rendre sur leur lieu de travail.


 Autres articles sur le même sujet :
Lille, Grenoble, Dijon, les villes les plus attractives

Le 1er Baromètre de l’attractivité des grandes villes françaises place Lille en tête des villes de France les plus favorables à la fois en termes d’emploi et de pouvoir d’achat immobilier, devant Grenoble et Dijon.

Le palmarès des taux de crédit en région

Tous les mois, le courtier Meilleurtaux.com dresse son palmarès des meilleurs taux et du pouvoir d'achat immobilier dans les 20 plus grandes villes de France.

La construction repart !

Les ouvertures de chantiers ont été nombreuses l’année passée en Ile-de-France, atteignant presque leur plus haut niveau en 15 ans avec 64 200 logements débutés et, sur les trois derniers mois, une hausse de 23,5% par rapport aux mêmes mois en 2014.

L’ancien redémarre

Selon le dernier baromètre LPI-SeLoger, en 2015, les prix des appartements anciens ont augmenté dans plus de la moitié (56 %) des grandes villes de France.

Un nouveau site de recherche immobilière

Les promoteurs, les syndicats, les réseaux et les grands acteurs de l’immobilier étaient réunis à Paris lundi 7 décembre afin de donner le coup d’envoi du nouveau site de recherche immobilière, Bien’ici.

Immobilier : les villes ou la bulle peut exploser

UBS a passé en revue le marché immobilier des grands centres financiers mondiaux pour identifier les risques d'éclatement de bulle immobilière.